Alfredo Eidelsztein

La topologie psychanalytique en question: Actualités cliniques – Gricelda Sarmiento; Jean-Pierre Cléro (Org.)

On trouvera dans les dix textes du présent volume, leur pré-face, préliminaires, et le texte de Bentham qui leur est une sorte de postface, l’exposition de tout un jeu de retournements de surfaces sur elles-mêmes, de coupes et de coupures, de variations, de passages à l’infini, mais aussi de suturations, de coutures, dont la psychanalyse s’est servie ces sept ou huit dernières décennies dans sa pratique et ses explications. Elle n’en est pas encore le classement si jamais il sera possible un jour ; mais si cette présentation est encore très loin d’en systématiser les formes, elle est aussi désormais très loin de se contenter de la métaphore de l’enfilade des pièces – salon / antichambre / chambre – dont Freud avait usé dans son Introduction à la psychanalyse pour figurer l’inconscient dans son rapport avec la conscience et le préconscient. Les “techniques” que nous venons de citer se sont considérablement enrichies, en un demi-siècle, en s’inspirant délibéré-ment du travail que les mathématiciens ont effectué, sous le nom de topologie, en analysis situs, en algèbre et en probabilité. Ce qui ne signifie nullement, comme on le verra avec Kafka, Mi-chaux, Quignard, mais aussi dans Grothendieck, un abandon de la littérature, dont les scènes qui, pour exprimer le rapport au corps, l’anorexie, l’obsession, sont aussi, à leur façon, des coupes, des coupures et retournements, ne sont pas sans devoir à la pensée rigoureuse des mathématiciens.